Rapport “Le doctorat en France : du choix à la poursuite de carrière”

Rendu par Sacha KALLENBACH, Sonia DUBOURG-LAVROFF, Cristelle GILLARD, Denis ROLLAND Inspecteur.trice.s généraux de l’éducation,du sport et de la recherche à la Ministre de l’ESR, Mme Vidal, Juillet 2020

Voici un billet sur un rapport qui est passé (relativement) inaperçu. Présenté à Frédérique Vidal en Juillet 2020, en plein coeur d’une mobilisation contre la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) qui a peiné à trouver un écho satisfaisant dans une actualité saturée par l’épidémie de COVID 19, il n’est finalement pas étonnant que nous soyons passé.e.s à côté du dernier rapport du MESRI sur le doctorat: il n’a en effet été rendu public que le 1 Février 2021. Ce billet propose une réflexion sur les orientations politiques de ce rapport et sur ses préconisations, particulièrement pour les (futur.e.s) doctorant.e.s en Sciences de l’Education.
Conformément au contexte de parution et à l’orthodoxie qui semble régner dans les couloirs du Ministère quant aux orientations à donner à l’enseignement supérieur et la recherche, on trouvera dans ce rapport les mêmes prémisses et conclusions qui avaient créé la controverse lors de la parution des rapports préparatoires à la LPR. C’est avec une certaine fébrilité que l’on découvre l’objectif du rapport (qui ne manquera pas de rappeler l’un de ces fameux rapports préparatoires sur l’attractivité des carrières de chercheurs): comment lutter contre la perte d’attractivité du doctorat ? Voilà donc l’inconnue à laquelle les auteur.e.s du rapport entendent apporter leur contribution. 
Point technique sur “l’objet” en lui-même: le rapport est relativement succinct (75 pages) même s’il fait part d’une certaine densité dans l’écriture. Il produit ses conclusions au départ d’un ensemble de rencontres avec des acteur.trice.s privés (entreprises recrutant des docteur.e.s, cabinets conseil, banques) et publics (ministères, HCERES, conseils doctoraux et associations de docteurs, membres de 45 écoles doctorales, organismes nationaux et internationaux) dont la liste exhaustive est disponible en annexe du rapport. Deux remarques préliminaires sur ce point. D’abord, le très grand nombre d’acteurs représentant le secteur privé laisse à penser, avant même d’entamer la lecture, qu’une des réponses apportées au “manque d’attractivité” du doctorat se trouve dans un renforcement des liens avec le secteur privé. Ensuite, les auteurs ont pris soin de rencontrer une variété d’acteurs institutionnels (écoles doctorales, directions de laboratoires, directions de thèse, président.e.s d’universités) plutôt représentative des différentes composantes disciplinaires. On note même la présence de quelques rencontres avec des doctorant.e.s. On soulignera néanmoins l’absence de rencontre avec des syndicats.
Passons rapidement sur les auteur.e.s du rapport qui sont quatre inspecteur.trice.s généraux de l’éducation du sport et de la recherche :       

– Sacha Kallenbach,  ex-DR en biologie au CNRS;   

– Sonia Dubourg-Lavroff, HDR en droit public, ex-adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux;   

– Cristelle Gillard, ancienne directrice de cabinet de Jean-Claude Mailly (FO);   

– Denis ROLLAND, PR en Histoire, ancien administrateur du CNRS, ancien recteur.


Dans l’esprit des travaux préparatoires de la LPR, le rapport s’inscrit dans une lecture concurrentielle et performative du doctorat, présenté comme un titre clé dans la lutte mondialisée sans merci (mais innovante) que se livrent nos sociétés. Pas de compétitivité sans croissance, pas de croissance sans innovation, pas d’innovation sans chercheur.e.s, pas de chercheur.e.s sans politique incitative: la messe est dite. À ce titre, le rapport suggère trois orientations principales qui seront déclinées à travers une trentaine de recommandations :

Après avoir établi un bilan très détaillé de la situation des doctorants et jeunes docteurs, la mission estime qu’il faut agir sur trois leviers : fournir de meilleures informations et mieux orienter les étudiants en amont du doctorat, garantir des bonnes conditions de déroulement de la thèse et créer des perspectives professionnelles élargies et intéressantes.

Quelles sont donc ces “perspectives professionnelles élargies et intéressantes”? On tourne frénétiquement les pages (numériques) du rapport mais il y a beau chercher, on ne trouvera pas la trace, dans ces 75 pages, ni dans les annexes, d’une allusion à l’inexorable tarissement de l’emploi public dans l’ESR.  Au grand dam des optimistes,  ce rapport ne produit pas de recommandations relatives à la création de postes dans l’enseignement supérieur et la recherche. On ne trouvera d’ailleurs pas non plus cette hypothèse dans l’explication de l’érosion des candidatures au doctorat. En dépit des nombreuses interviews réalisées par les rapporteurs, il semble que la pénurie de postes à l’université comme dans les organismes de recherche publics ne constitue pas un problème digne de ce nom. 

Image par David Mark de Pixabay


Comment propose t-il alors de répondre à ce constat d’un manque d’attractivité?


D’abord, le rapport suggère une meilleure visibilité du doctorat et de ses perspectives d’emploi dès le collège et le lycée, avec des rencontres telles que la Fête des Sciences. Il préconise également de “développer des interactions avec la recherche” pour les étudiants de master et de licence, afin de les sensibiliser à la démarche scientifique et de les encourager à envisager une poursuite d’études en doctorat. On se pose ici la question de savoir depuis combien de temps les auteur.e.s du rapport n’ont pas mis les pieds à l’université là où les cursus font pour la majorité de la recherche une activité formative. En bref, l’idée est simple, rendre la recherche “lisible” en amont permettrait de rendre le doctorat plus attractif car mieux “compris”. 


Les recherches réalisées par les doctorant.e.s constituent aujourd’hui une part importante de l’activité des laboratoires. Or, nous ne pouvons nous empêcher de penser que le renforcement de l’engagement des étudiant.e.s de master et de licence encourage à sous-traiter certaines tâches – ingrates – de recherche (transcriptions, traduction, veille, expérimentation) à une main d’œuvre bon marché, voire même gratuite. Les économies sur les projets de recherche seraient alors conséquentes. Ce sont des stratégies que l’on observe déjà dans les groupes de travail qui accueillent des étudiant.e.s en master recherche : ceux-ci ont souvent comme responsabilité de faire les tâches mécaniques et peu valorisantes, sans participer à la construction du projet en lui-même. Cette logique a pour conséquence directe la non-ouverture de poste d’ingénieur.es ou de technicien.nes et amène à une logique pernicieuse : former des étudiant.e.s et les faire participer aux travaux de recherche pour ensuite ne pas les recruter. L’augmentation constante du nombre d’étudiant.e.s représente alors pour les laboratoires un “capital humain” renouvelable à l’infini et corvéable à merci. Cette tendance déjà observable ne risque-t-elle pas de se généraliser ? L’intérêt certain de l’implication des étudiant.e.s dans les activités de recherche devrait donc également appeler à une vigilance quant aux conditions et à la reconnaissance de cette implication. 


Cette volonté d’ouverture soulève plusieurs questions, dont celles qui brûlent les lèvres dès les premières pages du rapport : rendre le doctorat plus attractif, pour quoi ? Quelles perspectives proposer aux jeunes docteur.e.s, et notamment aux jeunes chercheur.se.s en Sciences de l’Education ? 

Le rapport préconise alors un renforcement du suivi et de la formation des doctorant.e.s, et tout particulièrement des étudiant.e.s internationaux, au sein des écoles doctorales, dans l’objectif de les accompagner dès le début de la thèse à la construction d’un projet professionnel. L’enjeu du doctorat aujourd’hui, selon ce rapport, repose dans une bonne connaissance des perspectives d’employabilité selon les domaines de recherche, ainsi que dans la capacité des doctorant.e.s à développer des compétences attendues par les recruteurs (privé ou public), soit principalement des capacités de gestion de projet, de management, de communication. La présence des étudiant.e.s internationaux est instrumentalisée pour répondre aux objectifs d’internationalisation de la recherche, mais aussi, avec le dispositif “Bienvenue en France”, pour répondre à un besoin marchand de financement des universités (à travers l’augmentation des frais de scolarité des étudiant.e.s extra-communautaires). Le rapport ne semble pas prendre ici en considération la diversité des profils, notamment des doctorant.e.s en SEF qui, pour une part non négligeable, sont titulaires de la fonction publique et envisagent le doctorat comme un moment de réflexion et de prise de distance dans leur carrière, et possiblement d’orientation vers la recherche. Ces profils, tout comme les doctorant.e.s non-financé.e.s, ne semblent pas être envisagés par le rapport comme une voie à encourager, au contraire, le doctorat ne s’inscrivant pas dans une perspective de professionnalisation rapide est discrédité et invisibilisé.


Loin pourtant, comme on l’a dit, d’encourager les recrutements sur des postes statutaires dans les universités publiques, le rapport préconise une ouverture des doctorant.e.s à des perspectives de recrutement en dehors de la recherche publique et souhaite que les financements de thèse prennent en compte le principe d’employabilité rapide des candidat.e.s (selon le sujet, la durée projetée de la thèse). Ainsi, des projets de thèse n’ouvrant pas à une perspective professionnalisante en entreprise pour le ou la candidat.e à court terme ne seront pas favorisés dans l’attribution des financements. Les logiques de recrutement existant déjà pour les contrats CIFRE devaient donc être généralisées pour tout type de financement de thèse (dont les CDU).
La question de l’encadrement est également posée : la relation directeur.trice / doctorant.e devrait selon ce rapport être redéfinie, repensée, pour s’orienter vers un suivi à la fois plus collectif (avec le dispositif déjà existant des comités de suivi) et plus managérial (avec des formations au management pour les directeur.trice.s de thèse). Autre nouveauté “réjouissante”, le rapport préconise de mettre en concurrence les associations de doctorant.e.s dans l’attribution des financements, à partir de “l’introduction d’une logique d’appel à projets”. Qui composerait le comité de sélection des projets associatifs ayant l’honneur de recevoir des financements ? Ce n’est pas précisé. Cette logique déjà bien présente à tous les niveaux de la recherche et qui fait perdre un temps précieux aux chercheur.se.s dans le montage de dossier pour très peu de projets financés tendrait donc à se généraliser au doctorat et risquerait de décourager les initiatives collectives.


Ce rapport préconise ensuite une réduction de la durée des thèses (3 ans max) pour étalonner cette durée sur celle des normes des sciences de la Nature, et alors que la durée de thèse en France est déjà dans la moyenne basse des pays de l’OCDE. Cette logique n’est pas nouvelle et exerce déjà une pression forte sur les doctorant.e.s et encadrant.e.s de thèse en SHS, car elle ne permet pas de prendre en considération les contraintes propres à ces domaines de recherche (accès plus ou moins difficiles aux terrains et aux données, manque de financement). De plus, ce rapport fait l’impasse sur le fait qu’une part importante des enseignements universitaires (entre 30 et 40%) sont aujourd’hui assurés par des enseignant.e.s contractuel.le.s en doctorat (ATER, vacataire, CDU), du fait entre autres du manque de postes d’enseignants titulaires dans les composantes. La réduction du temps de thèse ajoutée à ces charges d’enseignement lourdes car associées à des TD souvent surchargés, semble difficilement compatible avec l’exigence de qualité, et de concentration nécessaire au travail de recherche. 
La question de la précarité financière des doctorant.e.s non financé.e.s est présentée comme un problème à deux solutions :   

– ne pas accepter les candidatures non financés (même en SHS), ce qui mènerait à une chute conséquente du nombre de doctorant.e.s dans certaines domaines de recherche n’intéressant pas les capitaux privés   

– augmenter les financements par CIFRE, ce qui aurait le même effet.   

Les bourses doctorales ne font pas l’objet d’une préconisation ici. Egalement, un point qui intéressera particulièrement les candidat.e.s au doctorat en SEF :    

Pour faciliter la réalisation d’un doctorat par les enseignants du primaire ou du secondaire, des parcours de carrière dédiés devraient être mis en place et des objectifs devraient être fixés à chaque rectorat pour leur mise en œuvre.

Soit des sujets de thèse en SEF orientés par les intérêts particuliers du ministère de l’Education Nationale.  Finalement, le rapport préconise d’insister fortement au sein des ED sur une organisation visant le recrutement des docteur.e.s en dehors des universités publiques, dans le secteur privé principalement : développement de compétences correspondant au répertoire national des compétences professionnelles, financements privés du doctorat, orientation des recherches pour répondre aux besoins des entreprises et des industries, renforcement de la concertation entre ED et acteurs socio-économiques (plateforme en ligne, instance de concertation). 


Ainsi, c’est un doctorat “bankable”, attractif pour les entreprises et les collectivités et de moins en moins piloté par les universités qui est encouragé. La recherche libre et publique, non soumise à des enjeux financiers et industriels ne suscite pas l’intérêt de ce rapport et ne semble pas représenter une perspective “viable”. Cela doit nous questionner sur la possibilité de poursuivre des recherches indépendantes en SHS, sur des sujets controversés ou dont la rentabilité à plus ou moins long terme n’est pas un enjeu. C’est souvent le cas des recherches en SEF.Ce rapport s’inscrit dans une vision performative et rentable à court terme de la recherche doctorale. Il vise l’élargissement de la professionnalisation des docteur.e.s en dehors des laboratoires de recherche publics (qui voient pour leur part les postes statutaires se réduire d’année en année). Il déplore le manque d’attractivité du doctorat en France, mais ne préconise pas l’ouverture de poste de titulaires dans les universités pour garantir un recrutement des docteur.e.s dans leur domaine de compétence principal : la recherche. Cela pourrait pourtant encourager les candidate.es hésitant.e.s et inquiet.e.s de la précarisation grandissante de l’ESR et répondrait à un double problème : précarité des chercheur.euse.s et baisse du taux d’encadrement des étudiant.e.s…
La recherche doctorale se transforme donc grandement et n’est plus tant considérée comme une préparation à la recherche, que comme une formation d’excellence pour de futur.e.s cadres “innovant.e.s”. Les conclusions de ce rapport corroborent les orientations de la LPR et ne font que confirmer la dynamique politique de marchandisation de l’université publique visible depuis plusieurs décennies.



Citer ce billet
Doelrasad Aurélie (2021, 21 février). Rapport “Le doctorat en France : du choix à la poursuite de carrière” AJCSEF. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/axdg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.