Qui sont les jeunes chercheur.se.s ?

Retour sur la première journée d’études de l’AJCSEF


L’AJCSEF a été fondée en octobre 2020, des pistes de réflexion et de questionnement pour notre association ont très rapidement émergé au cours de l’Assemblée Générale Fondatrice. Nous avons donc choisi pour cette première journée d’études, une thématique ayant fait débat dès la création de l’association. La journée d’étude Qui sont les jeunes chercheu.r.se.s ? s’est déroulée à distance le 14 décembre. En dépit des conditions imposées par la visioconférence, elle a réuni une trentaine de participant.e.s qui ont pu échanger et assister aux présentations de :      

–  Jean Francès, MCF en sociologie à l’ENSTA Bretagne ; 

–  Maria Tsilioni, chargée de projets scientifiques SHS à l’Agence Nationale de la Recherche ;  

–  Amélie Derobert, MCF en Sciences de l’éducation et de la formation à l’ISPEF (Université Lyon 2).  

En tant qu’organisateur.trice.s de cette première journée d’études, nous étions parti.e.s d’un double objectif. Il était tout d’abord question de s’accorder, sur la base de plusieurs communications, sur ce qu’est un.e jeune chercheu.r.se aujourd’hui. En effet, le terme, omniprésent dans les mondes de l’enseignement supérieur et de la recherche, revêt en fonction des lieux et des situations, des significations différentes sans qu’il soit toujours possible de les définir précisément. Est-il question d’âge, de statut, de diplôme, de temps depuis la soutenance de thèse ? S’agit-il d’un terme bureaucratique, de sens commun, positif ou péjoratif ? Peut-on l’utiliser sans se “brûler les doigts” ? En ce sens, cette première journée d’études avait un but proprement instrumental : nous aider à déterminer ce que nous entendons par “jeunes chercheu.r.se.s” au sein de notre association. Le second objectif était de proposer un premier temps de réflexion collectif aux membres de l’association, d’inaugurer, en actes, la naissance de l’AJCSEF, tout en donnant à voir aux participant.e.s un aperçu à la fois large et introductif des tensions et débats actuels dans l’ESR. À ce titre, le caractère éclectique des différentes présentations a permis de brosser un portrait général des enjeux relatifs au “statut” de jeune chercheur.se.

1) Jean Francès

Dans un premier temps, Jean Francès a présenté ses travaux sur l’évolution de la valeur d’échange du titre de doctorat sur les marchés de l’emploi scientifique. Sa présentation s’organisait au départ de deux questions  : 
– Que signifient les multiples injonctions à l’entreprenariat qui caractérisent la formation doctorale contemporaine ? – Que font-elles aux jeunes chercheu.r.se.s.?
Il est revenu en introduction sur le contexte de “course à l’armement” qui caractérise la compétition des docteur.e.s sur le marché de l’emploi scientifique, course qui se manifeste notamment à travers l’inflation du nombre de publications et d’activités scientifiques diverses devant figurer sur le CV des jeunes docteur.e.s. La baisse du nombre de postes disponibles, couplée, au début des années 2000, à l’augmentation du nombre de candidat.e.s potentiel.le.s, amène à un effet “file d’attente” qui élève de fait le droit d’entrée à un poste académique au-delà des “standards” qui pouvaient avoir cours dans les années 90. Ce constat introductif amène Francès à faire part d’un premier paradoxe : le doctorat, tout en étant le plus haut diplôme du système français n’est plus suffisant pour garantir l’accès aux postes auxquels il est sensé mener. Pour le dire autrement, le lien entre qualité scientifique de la thèse et valeur du doctorat sur les marchés de l’emploi scientifique s’est fortement distendu: il est désormais nécessaire de “compléter” le doctorat pour élever sa valeur d’échange sur les marchés scientifiques.
Dans ce contexte, la montée en visibilité de dispositifs de formation doctorale, centrés sur la promotion des profils dans une logique entrepreneuriale (les Doctoriales,  Ma Thèse en 180 secondes MT180), illustre les différentes manières  de “compléter” un doctorat qui ne se suffit plus à lui-même. Si l’on aurait pu penser que la valorisation continue de “l’entreprenariat de soi” induite par ces dispositifs traduise la volonté institutionnelle de “fabriquer” des entrepreneurs, Francès nous place face à un second paradoxe: le nombre d’entrepreneurs docteur.e.s issus de l’ESR est extrêmement faible (-de 1% des entrepreneurs). En conséquence, la valorisation de l’entrepreunariat dans l’ESR est moins une valorisation de la création d’entreprises en tant que telle qu’une valorisation de dispositions à être entreprenant.e.
Du côté des jeunes chercheur.e.s ces dispositifs aboutissent à ce que Francès et Le Lay nomment le “benchmarking biographique” (Le Lay, Francès & Noûs, 2020), démarche à travers laquelle le projet professionnel du ou de la jeune chercheur.euse devient un projet à valoriser. Ce benchmarking biographique passe par “l’apprentissage à la promesse” (mis en évidence par le dispositif MT180), c’est à dire la mise en conformité du travail scientifique en cours avec les attentes du public et le maquillage parfois par “petits mensonges” de la performativité de son travail visant à donner des garanties sur son intérêt immédiat.
Francès note également que ces dispositifs participent d’une socialisation à l’ambivalence en ce qu’ils placent les doctorant.e.s au centre de la tension entre atteindre l’excellence scientifique des travaux produits au cours du doctorat et la diversification de ces compétences (entrepreneuriales, managériales, communicationnelles) nécessaires à l’intégration rapide sur le marché de l’emploi scientifique. Francès rend compte également de l’importance de la cohérence des choix de professionnalisation des jeunes chercheurs au cours du doctorat avec le secteur professionnel dans lequel ils souhaitent s’inscrire. En effet, le choix de faire sa thèse dans le cadre d’un CIFRE n’aura pas la même valeur marchande dans le cadre d’un recrutement dans le secteur industriel ou dans le secteur scientifique. De même, une thèse complétée par des publications dans des revues à comité de lecture sera absolument nécessaire pour un recrutement dans le secteur académique, mais pourrait ne pas être un avantage dans le secteur industriel. Les jeunes chercheur.euse.s doivent donc aujourd’hui, selon Francès, concevoir un projet professionnel très tôt afin de “faire série” et d’éviter les “fausses notes” dans le choix des activités complémentaires à la réalisation de leur travail de thèse afin d’avoir un profil conforme aux attentes du secteur dans lequel ils et elles souhaitent s’intégrer.
———-Pour cette première communication, le ou la jeune chercheur.euse est plutôt saisi comme un.e doctorant.e devant faire face à l’élévation des droits d’entrée dans la profession scientifique: un individu qui doit finalement anticiper et investir rationnellement dans une série de compléments lui permettant de pouvoir prétendre à l’obtention d’un poste.  ————

2) Maria Tsilioni

Dans un deuxième temps, Maria Tsilioni est revenue dans le détail sur le fonctionnement de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et en particulier sur celui de l’Appel à Projets Générique (AAPG). Elle a en particulier mis l’accent sur le fonctionnement de l’axe “Cognition, Education, Formation”.
Rappel : L’Agence Nationale de la Recherche est une agence qui finance des projets de recherche. Sous tutelle du Ministère de l’éducation nationale de la recherche, l’ANR n’a pas de fonds propres.
Son intervention intitulée Jeune chercheu.euse dans le cadre de l’instrument JCJC (Jeune Chercheur, Jeune Chercheuse) de l’axe 4.3 « Cognition, éducation, formation » de l’AAPG à ANR confirme une de nos  hypothèses : l’acception de « jeunes chercheur.euse.s » n’est pas la même selon les différentes instances de la recherche en France et en Europe. Pour l’ANR, le statut de jeunes chercheur.euse.s définit l’ensemble de chercheur.euse.s pouvant déposer un projet dans le cadre de l’instrument JCJC, soit des chercheu.euse.s nouvellement recruté.e.s et jusqu’à 10 ans après la soutenance de thèse. Le critère de définition d’un.e jeune chercheur.euse pour l’ANR est donc l’année de soutenance de la thèse. L’ANR juge que cette temporalité (10 ans) permet aux jeunes chercheurs.euses d’avoir un poste de titulaire, de s’inscrire dans une recherche, de développer une capacité de management pour gérer une équipe de chercheur.euse.s et une maturité pour déposer un projet de recherche solide.A cela s’ajoutent des conditions dérogatoires, comme les congés maternité, parentale, etc. Les femmes peuvent avoir une année supplémentaire pour chaque enfant.Maria Tsilioni nous présente ensuite les dernières évolutions sociologiques des candidatures JCJC à l’AAPG (géographie, genre, année de soutenance), ainsi que le pourcentage de projets financés.Pour l’année 2020, la plupart (13/58) des déposant.e.s d’un projet JCJC ont soutenu leur thèse en 2011.

L’axe 4.3 « Cognition, éducation, formation » a changé de nom plusieurs fois depuis 2014. Entre 2014 et 2017, le terme « éducation » apparait en premier, il va occuper la deuxième place à partir de 2018, laissant sa place au terme « cognition ». Egalement, à partir de 2020, il ne s’agit plus de formation tout au long de la vie, mais simplement de formation. L’intitulé de l’axe et le texte de l’appel à projet est décidé à huit clos par les chercheur.euse.s qui participent au comité de sélection.Tsilioni note que le changement du nom de l’axe n’a pas d’impact sur les disciplines plus représentées au sein de cet axe depuis 2014 : la plupart des projets déposés sont en Sciences Cognitives. La deuxième discipline représentée sont les Sciences de l’éducation, excepté pour l’année de 2014 (où la Sociologie figure comme deuxième discipline), la troisième position est soit la sociologie, soit l’économie, selon l’année.Entre 2014 et 2020, la plupart des projets ont été déposés par des jeunes chercheurs.euse.s des trois régions suivantes : Ile-de-France, Auvergne-Rhône Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Pour l’année 2020, l’Ile-de-France est à nouveau la région la plus représentée (16), suivie de l’Auvergne-Rhône Alpes (11) et des Hauts-de-France (10).En ce qui concerne le genre de déposant.e.s, pour la période de 2014-2020, Tsilioni note une augmentation continue du nombre de femmes depuis 2015. Depuis 2017 les déposantes sont majoritaires. Pour l’année 2020, 37 femmes et 21 hommes ont déposé des projets pour l’instrument JCJC. Parmi les projets financés en 2020, 7 ont été déposés par des femmes et 4 par des hommes.Concernant l’évolution du nombre de projets déposés et financés entre 2014 et 2020, les années 2017 et 2020 ont compté le plus de dépôt, respectivement 57 et 58, dont 9 et 11 financés. En 2015 à l’inverse, il n’y a eu que 11 projets déposés, dont 3 financés. Le budget accordé pour les projets JCJC oscille entre 110k€ et 451k€, avec une moyenne de 272k€.L’Appel à projet générique (AAPG) de l’ANR est annuel. Le dépôt de projet se fait en deux étapes : au cours de la première le candidat dépose un pré-projet de quatre pages, celui-ci est évalué en interne par le comité (composé de chercheur.euse.s affecté.e.s à des établissements français et étranger). Si le pré-projet est validé, il passe à la deuxième étape. Le porteur du projet est alors invité à déposer une proposition de vingt pages qui sera évalué par des experts externes à l’ANR. La qualité scientifique des projets est le critère d’évaluation le plus important, suivi de la faisabilité/organisation et réalisation du projet.Enfin, l’ANR n’a pas eu d’information concernant les changements proposés par la loi de programmation de la recherche (LPR).

3) Amélie Derobert

Au cours de la dernière intervention, Amélie Derobert a pu présenter son expérience de jeune chercheuse récemment recrutée sur un poste de maitresse de conférence à l’université Lyon 2. Sa présentation a pris la forme d’un témoignage “de l’intérieur”, dans une approche pragmatique du travail de jeunes chercheur.euse.s, avant et après le recrutement sur un poste de titulaire. Elle a mis en avant les étapes jalonnant son parcours, les réseaux d’acteur.trice.s dans lesquels elle s’est inscrite et a évolué, les ressources qu’elle a été amenée à mobiliser ainsi que les contraintes et les empêchements qu’elle a pu rencontrer au cours de ses différentes expériences de recherche. Nous retenons de son intervention une nécessité pour les jeunes chercheur.euse.s de faire preuve une grande adaptabilité à des situations de travail diverses. Les jeunes chercheur.euse.s, en post-doctorat, sur des postes d’ingénieur, mais aussi parfois dès le doctorat, doivent en effet s’intégrer à des réseaux d’acteur.trice.s ayant des socialisations professionnelles très différentes. Que ce soit dans un groupe de travail mettant en relation différents secteurs professionnels (la recherche et les agents du ministère de la justice pour le cas d’Amélie Derobert) ou différents groupes de recherche internationaux, le travail de jeune chercheur.euse nécessite une compréhension et une adaptabilité à cette diversité, sans que ne soit proposé de formation préalable sur ces enjeux et dispositions professionnelles. Pour Amélie Derobert, le statut – internationalement mouvant – de jeunes chercheur.euse.s est un atout car les politiques européennes de financement valorisent leur intégration dans les groupes de recherche (de même que la parité homme-femme). Cependant, elle soulève immédiatement le danger de surcharge lié notamment à la “course à l’armement” mentionné par Francès dans son intervention. En effet, les projets ANR/ERC sont des sources potentielles de souffrance professionnelle pour les jeunes chercheur.euse.s car notamment lors du montage de projet (période de recrutement d’un post-doctorant souvent), les tâches à remplir sont majoritairement d’ordre bureaucratique, managériale, financière et peu scientifique. S’inscrire dans ce type de projet suppose ainsi une mise à distance dans le temps du travail de terrain, les projets s’étendant en général sur plusieurs années. Pour se préserver face à ces contraintes fortes d’une recherche par projet, Amélie Derobert se réserve de l’autonomie dans ses activités et maintien un engagement dans des groupes de recherche locaux, de moins grande ampleur, permettant un travail de recherche “artisanal” plus en accord avec sa conception de la recherche. Elle pose ainsi la question du sens du métier, et de l’importance d’adopter des stratégies professionnelles pour se préserver, afin de répondre aux exigences (morales, d’endurance professionnelle) de ces projets internationaux. 

—> Qu’est-ce que ça nous dit sur ce qu’est un.e Jeune Chercheur.se ? 

Les trois présentations ont pu interroger chacune à leur manière ce qu’est un.e jeune chercheur.se.
En revenant sur les mutations de la formation doctorale et du marché de l’emploi universitaire, Jean Francès a exposé dans une perspective critique les grandes lignes de recompositions systémiques de l’emploi des jeunes chercheu.r.ses dans l’ESR. On peut retirer de sa présentation un portrait du ou de la jeune chercheur.euse en entrepreneur.euse de lui-même et d’elle-même, un.e jeune chercheur.se saisi.e par les suppléments à adjoindre à sa thèse pour être recrutable. 
En tant que chargée de projet pour le compte de l’ANR, Maria Tsilioni a présenté les jeunes chercheur.e.s dans une perspective administrative. En définissant les jeunes chercheur.e.s au prisme d’un instrument de financement, sa présentation permet de donner à voir ce qu’est un.e jeune chercheur.e pour les institutions de financement public. Elle permet également de questionner l’arbitraire des catégories ainsi présentées. Il y a fort à parier que le nombre d’années post-thèse définissant ce qu’est un.e jeune chercheu.r.se soit fortement corrélé, d’un pays à l’autre, aux modalités de recrutement des docteurs fraichement diplômés. Dans le contexte français, la définition d’un.e jeune chercheur.e comme une personne ayant soutenu sa thèse depuis moins de 10 ans ne peut être lue en dehors d’un marché de l’emploi universitaire essoufflé.
Amélie Derobert nous a présenté une vision pragmatique des jeunes chercheu.euse.s a partir de son expérience de dans le cadre de projets de ce type (ANR/ERC…) et en prenant le temps de revenir sur l’écart existant entre ce qu’elle imaginait faire et le travail réel qu’elle devait accomplir dans le cadre de ces projets. Elle a présenté les stratégies professionnelles apprises “sur le tas”, pour tenir dans ces projets et se préserver face à la souffrance professionnelle que peuvent générer ces engagements (surcharge, perte de sens du métier), notamment au regard du nombre extrêment faible de projet retenu par l’ANR, mais aussi par les autres agences de financement de la recherche. 

Bibliographie sélective : 
Chambard, O. (2020). Business Model : l’université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreunariale. Paris: La Découverte.
Doganova, L. (2012). Valoriser la science, les partenariats des startups technologiques. Paris: Presses des Mines.    Frances J., Le Lay S., (2017). L’usage des business game dans le cursus doctoral : “Esprit d’entreprendre” et “esprit d’entreprise” dans la formation à la recherche, Formation Emploi, n° 140, p. 67-86.
Frances J., Gaglio G., Saint-Martin A., (2017). À l’école des winners : de l’innovation pédagogique en formation doctorale,  in Sainsaulieu I., Saint-Martin A., (eds.), Les formes contemporaines de l’innovation scientifique et technique, Vulaines-sur-Seine: Éditions du Croquant, p. 131-146.
Le Lay S., Pizzinat B., Frances J. (2017). “Candidats du MT180®. Soyez fun et sexy”. Un dispositif spectaculaire au servive de la gamification du champ académique, in Savignac E., Andonova Y., Lénel P., Monjaret A., Seurat A., (eds.), Le travail de la gamification, Bruxelles, Peter Lang, p. 73-91.
Frances J., (2017). “Employabilité” doctorale et lutte des places dans le monde académique, in Tiffon G., Moatty F., Glaymann G., Durand J-.P.,  (eds.), Le piège de l’employabilité. Critique d’une notion au regard de ses usages sociaux, p. 81-92.
Frances J., Tricoire A., (2016). Rénover plus vert : les obstacles à la “montée en compétences” des artisans du bâtiment, Formation Emploi, n°135, p. 93-114.
Frances J., (2015). Des doctorants en “démo”. Ethnographie de deux sessions posters des Doctoriales, Réseaux, n° 190-191, p. 45-71.
Paye, S. (2015). Temporaires, permanents, « vedettes » : la tripartition du salariat académique au Royaume-Uni. Sociologie du Travail57 (2),175-199.
Paye, S. (2008) « Le devenir professionnel des docteurs de l’EHESS», rapport final, EHESS.

Article rédigé par le bureau de l’AJCSEF


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Doelrasad Aurélie (25 janvier 2021). Qui sont les jeunes chercheur.se.s ? AJCSEF. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/axdf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.