Archives de catégorie : Séminaires

Evolution et diversité des formes du doctorat

Retour sur le second séminaire de l’AJCSEF   

La journée d’étude “Evolution et diversité des formes du doctorat” s’est déroulée à distance le 11 mai 2021. Elle a réuni une vingtaine de participant.e.s qui ont pu échanger et assister aux deux tables rondes qui constituaient cette journée.Dans la continuité de la journée précédente, Qui sont les jeunes chercheur.se.s (https://ajcsef.hypotheses.org/97), nous avons cherché à tracer quelques pistes de réflexion sur le doctorat, entendu à la fois comme diplôme et activité d’entrée dans le monde de la recherche. L’idée sous-jacente de ce séminaire était de “mettre en lumière” la diversité de situations qui se cachent derrière un terme recouvrant en apparence un ensemble d’expériences homogènes mais qui pourtant se présente  toujours au singulier à travers l’expression “le doctorat”. C’était un des objectifs de ce séminaire que d’interroger cet étrange singulier, de le mettre à l’épreuve de l’expérience de ceux qui l’accompagnent, l’organisent et le vivent, en faisant intervenir sur la même demi-journée des enseignants-chercheurs, dont on peut dire qu’ils ont une longue expérience en matière de doctorat (que ce soit par leur expérience de doctorant, la direction de thèses ou de direction d’écoles doctorales), et des jeunes chercheur.euse.s. 

D’abord, il a été question d’interroger l’évolution du doctorat, à l’occasion d’une première table ronde réunissant:       

– André D. Robert – Professeur émérite en Sciences de l’Education et de la Formation (SEF) ( laboratoire Education Cutlures Politiques – ECP – Université Lyon 2), ancien directeur de l’Ecole Doctorale EPIC (Education, Psychologie, Information Communication – Lyon-Saint-Etienne);   

– Arnaud Dubois – Professeur en SEF (Centre interdisciplinaire de Recherche Normand en Education et Formation – CIRNEF – INSPE – Université de Rouen), AECSE (Association des Enseignants Chercheurs en Sciecnes de l’Education – ex-trésorier), réseau EERA (European Educational Research Association)

Cette table ronde a permis de revenir sur les manières par lesquelles le doctorat s’est constitué en tant que diplôme d’entrée dans la recherche, tout en présentant les dynamiques de transformation et d’évolution actuelles, nationales et internationales, concernant le doctorat.

Une fois cette contextualisation faite, nous avons ensuite cherché à explorer l’actuelle diversité des formes du doctorat en SEF, selon les sujets étudiés, les modes de financement, les dynamiques internationales… Nous avons pour cela convié, lors d’une seconde table ronde:   

– Kevin Bonnot, président de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC);   

– Meijuan Lu – docteure en SEF (ECP, Lyon 2) (thèse sur l’internationalisation des études supérieures);   

– Lucie Gomès – PRAG, formatrice INSPE, ancienne doctorante non financée (Université de Nantes)   

– Kenza El Hadj Said – doctorante en CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche ) à la mairie de Paris (Institut de recherche sur l’éducation – IREDU – Université de Bourgogne).    

Cette seconde table ronde de la journée visait à interroger les différentes “formes” de doctorat. Quels en sont les statuts? Les conditions ? Afin d’explorer ces questions, les intervenant.e.s ont proposé leurs réflexions, à partir de leurs témoignages et expériences, que ce soit au titre de leur parcours individuel ou d’activités associatives concernant le doctorat.
Dans la suite de ce compte rendu, nous proposons un retour plus détaillé de chacune des interventions de ces deux tables rondes. 

1. L’évolution du doctorat

André D. Robert

Dans un premier temps, André D. Robert a présenté une rétrospective historique de l’évolution du doctorat.
Dans son exposé, André Robert a tout d’abord évoqué le doctorat médiéval,  épreuve très largement initiatique, effectuée au terme de longues études en théologie, droit ou médecine, dans laquelle il n’était possible de candidater qu’à partir de 35 ans, en étant prêtre et licencié. Pour accéder au titre de docteur, les aspirants devaient alors passer de multiples épreuves orales, notamment ponctuées par deux soutenances, distinctes du travail effectué.Le doctorat a ensuite été revisité par Napoléon, en 1803, puis en 1896 suite à la réorganisation des universités par les républicains. Ce doctorat donnait un accès direct aux fonctions de professeur des universités, à une époque où il y avait très peu d’étudiant.e.s, donc très peu de professeur.e.s. Cela a aussi été le moment de la création du doctorat de 3e cycle, moins prestigieux, mais permettant néanmoins d’accéder aux fonctions de Maître-Assistant. Plus récemment, la réforme de 1984 a institué un doctorat unique permettant d’accéder à la qualification aux fonctions de Maître de Conférences, nouveau titre succédant à Maître-Assistant. Cette réforme met également en place l’Habilitation à Diriger des Recherches, afin de marquer le passage entre le statut de Maître de Conférences et celui de Professeur des Universités.              

Une fois ce cadrage historique effectué, A. D. Robert a proposé une rétrospective personnelle et plus contemporaine.
C’est après un DEA qu’André Robert entame une  thèse encadrée par la sociologue de l’éducation Viviane Isambert-Jamati, thèse qu’il soutient en 1989. Comme beaucoup d’étudiant.e.s de son époque, André Robert revient sur la conception très individualiste qu’il se faisait alors de la thèse, et comment il n’est revenu que bien plus tard dans sa carrière sur cette conception, au moment d’encadrer des thèses. Revenant sur les aspects administratifs du doctorat, il rappelle qu’au moment de sa thèse, l’Ecole doctorale n’occupait qu’une très faible place et ne proposait pas de formation doctorale.Relativement à la réforme de 1984 instaurant un doctorat unique, A. D. Robert indique une résistance soutenue au changement de régime : il fallait dans tous les cas conclure les thèses d’Etat déjà entamées et certains bastions disciplinaires, comme les facultés de Droit, ont persisté pendant plusieurs années avec un régime de doctorat différent. Après avoir soutenu son HDR en 1996, A.D. Robert a pris la direction de l’Ecole Doctorale EPIC. C’est à cette même période que débute le “processus de Bologne”,  visant à harmoniser les études universitaires dans l’ensemble de l’espace européen. Ce processus européen s’est traduit en France par la réforme LMD (Licence – Master – Doctorat) selon la structure “3 ans – 5 ans – 8 ans”, avec le “master” en 5 ans se substituant à “maîtrise”, vieux titre médiéval.  Ces réformes marquent une harmonisation à l’échelle européenne, voire occidentale, des études aboutissant au doctorat.C’est en effet dans ce contexte qu’a eu lieu la revalorisation des Ecoles doctorales, conjointement avec la création des Collèges doctoraux, ensemble de plusieurs Ecoles doctorales à l’échelle d’un site proposant notamment des formations et des orientations, par exemple des stages de professionalisation après la thèse.


En somme, André D. Robert nous indique que ces différentes réformes historiques témoignent d’un passage d’une conception très individualiste du doctorat, à une conception plus collective. Bien que la production de connaissances scientifiques reste plus ou moins individuelle, attachée à la thèse d’une personne, les réformes qu’il évoque, et notamment les plus récentes, ont marqué une tendance à intégrer cette production individuelle de connaissance au sein d’un collectif plus large. Cette tendance apparaît de façon particulièrement sensible dans les sciences de la Nature, où le travail collectif, dans un laboratoire “physique”, avec des paillasses et un matériel spécifique d’expérimentation représente la norme. C’est d’ailleurs ce modèle qui a inspiré les textes récents de 2006 et 2016.Les SHS apparaissent parfois en décalage avec ce modèle. Dans les textes de commentaires de la loi de 2006 par exemple, il était signalé que le nouveau doctorat n’est plus “l’oeuvre d’une vie”, mais plutôt une “fast track“, “trace rapide” : un écrit scientifique de qualité, mais circonscrit dans le temps (avec le modèle très marqué des “trois ans” pour le doctorat). Cela pose également la question des financements, avec un nouveau mot d’ordre : “pas de thèse sans financement”. Selon A. D. Robert, ce modèle récent de doctorat qui tend à s’étendre n’est pas issu (et donc ne correspond pas) aux modèles de doctorat en SHS. Au vu des usages disciplinaires et de la diversité des profils, A. D. Robert indique avoir résisté, dans son collège doctoral, contre l’obligation de financement, mais qu’in fine celle-ci n’a jamais été réellement appliquée. Cela pose d’ailleurs question, car manquer de financement peut être un réel obstacle pour conduire ses recherches dans des conditions satisfaisantes.


Pour conclure, A. D. Robert évoque l’arrrêté de 2016, appliqué au moment au A. D. Robert quittait son poste de directeur de l’Ecole doctorale EPIC. Le doctorat et la formation doctorale y sont perçus comme une formation par la recherche et comme une expérience professionnelle de recherche, ce qui apparaît pour A. D. Robert comme un point qui mérite discussion et débat. Cette réforme de 2016 conduit notamment à la mise en place des Comités de Suivis Individuels (CSI), ou plus précisément à leur formalisation et généralisation. En effet, les ED pouvaient déjà organiser de tels comités de façon autonome.Les CSI, au départ, apparaissaient pour les gestions d’ED comme une contrainte formaliste, administrative supplémentaire. En effet, bien que sensés ne pas intervenir “scientifiquement” sur le déroulement de la thèse, il apparaît dans les faits très difficile de séparer le scientifique du suivi “moral et psychologique” des étudiant.e.s, ainsi que des conditions de travail et d’intégration au sein des laboratoires.Ces CSI ont pu également être interprété comme l’expression d’une certaine défiance vis-à-vis des directeur.ice.s de thèse (DT), d’autant qu’à partir de cette réforme, ils n’ont plus eu de place dans les délibérations de jury de soutenance de thèse. Sans remettre en question l’idée que les DT sont les mieux placé.e.s pour évaluer le travail de leurs doctorant.e.s, le texte visait surtout à  proposer une réponse aux cas de harcèlements et de conflits lors du doctorat.
Le témoignage d’André D. Robert (en tant qu’historien de l’éducation, ancien doctorant, ancien directeur d’ED et directeur de thèse) nous permet ainsi d’interroger l’évolution du doctorat au regard des disciplines et des modèles prônés par les différentes réformes successives. La tendance actuelle est de tendre vers un modèle de doctorat type “fast track”, peu en adéquation avec les modèles de doctorat majoritaires en SHS. A. D. Robert indique que comme toujours, des accommodements raisonnables permettent de réguler les tensions entre contraintes institutionnelles et mises en application concrètes, respectant la diversité des disciplines, des thèses et des situations individuelles.

Arnaud Dubois

En complémentarité avec la présentation d’André D. Robert, focalisée sur les évolutions du doctorat en France, Arnaud Dubois axe sa présentation sur l’ouverture à l’international, et en particulier sur l’insertion des jeunes chercheurs en SEF dans les réseaux anglophones et internationaux. Il débute sa présentation en indiquant qu’il ne semble pas exister de recherche spécifique sur l’insertion des Jeunes Chercheur.se.s en SEF dans les réseaux internationaux. En revanche, il mentionne une étude de Albéro et Barthes (2020) dans Education et Socialisation suite au mandat de Brigitte Albéro à la présidence du CNU 70 : les SEF sont insérées à l’international, par exemple dans l’ECER (European Conference on Educational Research), mais très peu dans les réseaux anglophones. Albéro et Barthes notent en particulier le faible nombre de réponses aux appels à projets internationaux en SEF.

EERA et AECSE
A. Dubois commence sa présentation en mentionnant la participation de l’AECSE (Association des Enseignants Chercheurs en Sciences de l’Education) à l’EERA (European Educational Research Association). Cette association internationale compte 43 membres, pour la plupart des associations de recherche en éducation. 
L’EERA est structurée en deux conseils, dans lesquels le poids décisionnel des différentes associations est corrélé au nombre de leurs adhérents. Le poids de l’AECSE (400 adhérent.e.s environ) est relativement modeste au regard d’autres associations comptant plusieurs milliers d’adhérents. Ainsi, les chercheurs et chercheuses français.e.s sont encore peu représentés dans les conférences de l’EERA comme de l’ECER. Structurée en réseaux thématiques ( par exemple “inclusive education”, “philosophy of education”), la prochaine édition de l’ECER se tiendra à Genève, entre fin août et début septembre comme chaque édition. A. Dubois note d’ailleurs que commencer par les réseaux thématiques permet de s’insérer plus facilement dans le réseau de recherche général de l’association.


EERA et jeunes chercheurs:

https://eera-ecer.de/        

L’EERA possède un groupe de jeunes chercheur.se.s, dits “émergents” : l’Emerging Researcher Group. Pour l’EERA, cela correspond aux doctorant.e.s ou chercheur.se.s ayant soutenu il y a moins de 5 ans leur doctorat. Ce groupe spécifique possède également une conférence spécifique, l’Emerging Research Conference (ERC). Les modalités de soumissions sont les mêmes que celles des chercheurs confirmés, à la différence qu’il n’y a pas de symposia mais uniquement des papiers ou des posters. A. Dubois décrit ce réseau anglophone comme accueillant, favorisant l’insertion et la socialisation dans le réseau des jeunes chercheur.se.s, avec une constante invitation à la bienveillance.
A. Dubois encourage ainsi les jeunes chercheur.se.s présent.e.s à faire des propositions dans cette conférence suivant un format de communication classique. Participer à d’autres événements organisés lors de cette conférence, comme des repas conviviaux, permet de rencontrer d’autres jeunes chercheurs et chercheuses expérimenté.e.s, pour favoriser les discussions et la socialisation universitaire internationale.
Il liste plusieurs raisons pouvant motiver une participation : – la socialisation dans des espaces anglophones. Beaucoup de jeunes chercheurs en SEF sont des professionnels, avec éventuellement beaucoup d’appréhension en raison de la langue. Cela peut être très discriminant en fonction de l’endroit d’où l’on vient.- l’ouverture intellectuelle. Ce genre d’évènements permet d’avoir une idée plus précise de ce qui se fait en recherche, des courants de recherche actifs à l’international… Les retours, même négatifs, invitent à réfléchir sur ses références, à la fois pour enrichir ce qu’on fait, mais aussi pour bien comprendre la spécificité de nos travaux en France.- l’insertion dans les réseaux scientifiques anglophones internationaux. A terme, cela permet un meilleur accès aux financements de recherche, notamment aux appels européens (H2020, Horizon Europe…), grâce à l’insertion dans des consortiums européens actifs dans les appels à projets. Par ailleurs, on note actuellement une tendance à faire des cours en anglais, et une familiarité avec la langue présente une vraie plus-value pour les jeunes chercheur.se.s.
En guise de conclusion de sa présentation, Arnaud Dubois indique que l’on ne semble pas assister à un “virage” des recherches françaises en SEF vers l’international : cette insertion existe de façon individuelle ou collective à un niveau local (équipes ou laboratoires spécifiques par exemple), mais il ne semble pas y avoir une tendance de fond en ce sens.
Le témoignage d’Arnaud Dubois permet ainsi d’interroger la dimension internationale de la recherche doctorale, et notamment la question de l’étendue de son réseau professionnel.

Discussion

André Robert débute la discussion en ajoutant un complément à sa présentation, rebondissant sur la demande “d’insertion” formulée par Arnaud Dubois : la loi de 1984 qu’il a précédemment évoquée indique un tournant dans la professionnalisation de la recherche, avec la création de cellules de suivi de l’insertion professionnelle après le doctorat. Ainsi, A. D. Robert note que la question de “l’insertion” n’est pas une question récente. Par ailleurs, il note que des budgets spécifiquement dédiés à financer les déplacements des doctorant.e.s en colloque en France et dans le monde sont alloués aux écoles doctorales. Enfin, pour la question des réseaux de recherche, André D. Robert rappelle l’existence de la revue Interpares (http://interpares.fr/), par et pour jeunes chercheur.se.s, gérée par l’Ecole Doctorale EPIC à Lyon.
Une question est posée à A. D. Robert sur les “accomodements raisonnables” évoqués à la fin de sa présentation : en quelle mesure est-il raisonnable de penser unifier le doctorat par une loi unique, au vu de la diversité des disciplines, pratiques et des situations ?André Robert répond tout d’abord en évoquant la question de l’ancrage disciplinaire, et les formation de traditions disciplinaires suite à la réforme de 1984. Il prend ainsi l’exemple de l’histoire, où l’HDR est une sorte de “thèse complémentaire” obligatoire, là où en SEF, on produit un mémoire plus restreint. Cela est cependant soumis à une forte variation inter-université et inter-individuelle. Les “Accommodement raisonnables”, c’est tenir compte des exigences locales pour aboutir à des compromis qui soient acceptables et comparables sans être nécessairement identiques.
Une question est posée quant à l’affiliation des jeunes chercheur.se.s : y en a-t-il qui se destinent à d’autres profils que des “futurs enseignants-chercheurs” comme en sciences dures? Faut-il être affilié à une université pour être un.e “jeune chercheur.se” ? Apparemment, en sciences humaines, cela n’est pas requis, mais une confirmation de cette information est nécessaire.
Une troisième question est posée à A. Dubois : avec qui discute-t-on quand on s’insère dans un réseau international ? Y a-t-il nécessité d’utiliser des outils et cadres qui ne sont pas issus d’une tradition de recherche francophone (que l’on maîtrise mieux) ? Quelle place pour la diffusion d’approches typiquement françaises ?
Arnaud Dubois répond qu’il est pour lui nécessaire de faire entendre les spécificités de la recherche française dans les réseaux anglophones, même si ça peut valoir des discussions assez tendues. Il prend ainsi son exemple personnel, d’un chercheur clinicien dans l’approche psychanalytique, déjà minoritaire en France. Dans des colloques anglophones généralistes, il est plus difficile de s’exprimer, car les références mobilisées sont très spécifiques à la France et relativement inconnues dans les colloques internationaux.De fait, pour communiquer dans ces colloques, ils s’agit de fournir des efforts d’explicitation des concepts pour se faire comprendre, tout en défendant nos positions théoriques et nos spécificités contextuelles. S’insérer dans un réseau international oui, mais en restant sur nos approches et ce qui fait la qualité de nos recherches.
André D. Robert conclut la table ronde en évoquant les récentes modifications de l’ESR, notamment la Loi de Programmation de la Recherche (LPR), et enjoint l’assistance à ne pas oublier que la notion de “chercheur émergent”, que l’on valorise, cache également dans les pays libéraux et ultra-libéraux la notion de chercheur précaire..

2. La diversité des formes du doctorat

    Kevin Bonnot

https://cjc.jeunes-chercheurs.org/


Kévin Bonnot propose de présenter la Confédération des Jeunes Chercheur.se.s (CJC) et ses actions. La CJC est une association de loi 1901, nationale et pluridisciplinaire, constituée d’un rassemblement entre 10 et 15 associations de doctorant.e.s et jeunes chercheur.se.s. Au niveau national, grâce son expertise sur le doctorat, elle est une interlocutrice privilégiée des pouvoirs publics (Gouvernement, Parlement, Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche…) et de toute structure souhaitant échanger sur le sujet (associations, entreprises, syndicats…). Au niveau européen, elle participe à la réflexion sur le doctorat et les jeunes chercheur.se.s par l’intermédiaire de la fédération d’associations EURODOC, dont elle est membre fondatrice.
Pour la CJC, sont jeunes chercheur.se.s les doctorant.e.s et les chercheur.se.s ayant soutenu leur thèse depuis moins de 5 ans, comme spécifié dans les statuts de la CJC.


Au niveau des actions, la CJC se positionne notamment en tant qu’interlocutrices du ministère de l’ESRI (Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation), et se mobilise actuellement pour obtenir une place au Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche (CNESER).La CJC a pour objectifs de lutter contre la précarité des jeunes chercheur.se.s, notamment au niveau des concours de recrutements, et contre les discriminations de genre. En outre, elle oeuvre pour qu’il y ait davantage de contrats doctoraux en France, et K. Bonnot indique que, bien que les trois quarts des thèses en France sont financés, c’est le cas de seulement un tiers des thèses en SHS.
Ensuite, la CJC a co-conçu le guide du doctorat : https://spartacus-idh.com/076.html. Le Guide du Doctorat a pour objectif de constituer une ressource claire pour tous les acteurs et actrices du doctorat. Ce guide présente les conditions et les procédures de la conduite d’un projet doctoral et de la poursuite de carrière des docteur.e.s. Il donne également des conseils pratiques pour comprendre l’organisation du système doctoral.
La CJC a aussi travaillé, en collaboration avec l’ANDès (Association Nationale des Docteurs), sur la situation des doctorant.e.s étranger.e.s en France. Elle a contribué  à un rapport de l’OCDE sur la précarité des Jeunes Chercheur.se.s. Elle a enfin effectué diverses actions relativement à la LPR (rédaction d’amendement notamment), pour l’obtention de la mensualisation de vacataires, l’augmentation de la durée des contrats post-doctoraux.       

En somme, la CJC est une confédération qui oeuvre pour les jeunes chercheur.se.s, sur divers aspects, notamment la lutte contre la précarité, l’information auprès des jeunes chercheur.se.s, et les collaborations pour faire évoluer les lois relatives aux statuts des jeunes chercheur.se.s. L’exposé de Kevin Bonnot a permis, pour cette deuxième table ronde, d’identifier quelques problématiques récurrentes lorsque l’on interroge le doctorat en France: les statuts des doctorant.e.s, leur rémunération, la tension entre leur formation professionnelle et le contenu de leur thèse ou encore leur reconnaissance politique et statutaire au niveau national et international.        

    Meijuan Lu

Meijuan Lu propose tout d’abord une rapide présentation de sa thèse, intitulée Internationalisation de l’enseignement supérieur et mobilité des étudiants, les rapports Chine-France. Celle-ci visait à étudier la mobilité internationale des étudiant.e.s, notamment chinois.e.s : Pourquoi venir en France ? Pourquoi rentrer en Chine ou rester en France ?Son analyse indique la prégnance de facteurs compétitifs, mais aussi culturels : M. Lu indique que les étudiant.e.s chinois.e.s viennent en France pour l’attractivité culturelle et économique, c’est-à-dire des facteurs non-académiques (par rapport à d’autres pays où les facteurs académiques sont privilégiés), mais aussi en fonction de critères intra et extra individuels renforçant la décision, comme le contexte familial, le cursus scolaire, ou les éventuels programmes d’échange et de bourses.L’analyse de Meijuan Lu indique également que les étudiant.e.s chinois.e.s décident de rentrer en Chine en fonction de facteurs externes, comme les opportunités de carrière, mais aussi de facteurs internes, comme les “racines”, notamment la famille et les contacts présents en Chine. Enfin, certain.e.s étudiant.e.s décident de rester en France du fait de l’écart important entre l’environnement de travail en France et en Chine. Selon son enquête, cela concerne une minorité d’étudiants.


Après avoir présenté ses résultats de thèse, Meijuan Lu développe son parcours personnel, indiquant notamment des difficultés d’intégration en tant qu’étudiante étrangère, ainsi que la nécessité d’échanges constants afin de garder un bon niveau de langue écrite. A ce titre, M. Lu recommande Coup de Pouce Université, une association à l’aide aux progrès en Français Langue Etrangère pour les étudiant.e.s.Se basant sur son expérience personnelle quant à la thèse, elle signale également la nécessité, en tant qu’étudiante étrangère, d’une méthode de travail particulièrement attentive pour surmonter les obstacles dus à la langue, notamment pour la publication.Meijuan Lu évoque également des difficulés d’ordre méthodologique, notamment du point de vue des données qualitatives de sa thèse (entretiens en chinois), posant la question du temps long de traduction. Celle-ci risque en effet de modifier le sens, du fait d’une difficulté à transcrire les connotations, les références culturelles, et ce en particulier avec une langue très éloignée du français. Elle a ainsi choisi de traduire les entretiens a posteriori .
Pour conclure, M. Lu pointe l’importance d’une bourse (en l’occurrence obtenue via l’ancien IDEX de Lyon) pour ne pas avoir à travailler à temps partiel. L’obtention d’une bourse de mobilité pour revenir 4 mois en Chine dans un laboratoire, lui a permis de travailler plus efficacement, en évitant notamment le besoin de travailler à temps partiel, et lui permettant de récolter des documents chinois nécessaires à son travail. Elle pointe également l’intérêt de la circulation entre les deux cultures, avec un regard croisé, permettant d’enrichir l’analyse.

Lucie Gomes

https://www.univ-nantes.fr/lucie-gomes
Lucie Gomes partage son parcours, relatif à une situation atypique d’un point de vue général mais assez représentative en SEF : la reprise d’études en tant que professionnelle de l’enseignement.Après une Licence et un CAPES d’histoire, L. Gomes a enseigné 10 ans, cette expérience ayant fait naître chez elle beaucoup de questionnements sur la pratique pédagogique. Cela l’a conduite à une reprise d’études, par un Master en didactique, qui lui a donné envie de continuer dans la recherche, par une thèse. Durant sa thèse, Lucie Gomes était enseignante d’histoire à temps plein.
Pour L. Gomes, la thèse a représenté des à-côtés “sociaux” : son Directeur de Recherche l’a incitée à participer à des évènements variés, d’un point de vue interdidactique ou plus largement en sciences de l’éducation, ce qui lui a permis d’enrichir sa pratique enseignante. Elle a également indiqué avoir participé au concours Ma Thèse en 180 secondes (https://mt180.fr/), où elle note avoir été la seule en SHS cette année. Bien que cela ne relève à ses yeux pas de la recherche, cela lui a néanmoins semblé intéressant. Elle mentionne également l’évènement de médiation Pint of Science (https://pintofscience.fr/), qui lui a semblé plus enrichissant.Lucie Gomes pointe l’importance de l’interaction pour avancer dans sa recherche et pour progresser.Pour revenir sur son parcours, sa thèse lui a permis d’intégrer l’INSPÉ, en tant qu’enseignante formatrice, et  l’a également conduite à intégrer l’Association pour des Recherches Comparatistes en Didactique, ce qui lui a également permi d’échanger sur ses travaux.L. Gomes termine sa présentation en pointant les difficultés à trouver un poste de MCF en didactique de l’histoire, et notamment l’absence de postes à la campagne de 2021.

Kenza El Hadj Said

https://iredu.u-bourgogne.fr/equipe/el-hadj-said-kenza
Kenza El Hadj Said présente enfin son parcours de doctorante en thèse CIFRE, avec la Mairie de Paris. Sa thèse vise à développer l’attractivité de la ville de Paris pour attirer les étudiant.e.s français.e.s et étrange.re.s, avec un travail sur la précarité étudiante et l’évaluation des politiques de la ville de Paris, conjoint avec l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ). K. El Hadj Said discute notamment des différents avantages et inconvénients de la thèse CIFRE. Au niveau des avantages, elle cite notamment la disponibilité de logiciels, le financement des déplacements et des formations, ainsi que le bénéfice d’un réseau professionnel déjà établi et un accès au terrain et aux documents internes confidentiels facilité, notamment grâce à la légitimité de l’acteur “Mairie de Paris”. En outre, Kenza El Hadj Said évoque les avantages du point de vue de l’insertion dans le marché du travail privé : la thèse CIFRE constitue une expérience valorisable et un réseau, ce qui est appréciable à défaut d’avoir des postes de MCF sur lesquels candidater.
Au niveau des désavantages de la thèse CIFRE, K. El Hadj Said évoque notamment le statut de figure atypique comparée aux autres salariés de la collectivité, en ce qu’elle est “payée pour lire et écrire”. En outre, elle évoque également la différence de temporalité, avec une opposition entre le temps long de la recherche et le temps rapide de l’action de la ville de Paris, d’autant plus que cette dernière est également contrainte par le temps médiatique. Cela peut impliquer des problèmes d’intégration dans les équipes, et générer une solitude de la recherche d’autant plus grande. Par ailleurs, Kenza El Hadj Said soulève la question épistémologique de l‘implication, en d’autres termes la limitation par l’employeur de la liberté du et de la chercheur.se, suite au conflit d’intérêts entre recherches et objectifs politiques d’une collectivité territoriale : comment alors allier les objectifs des employeurs et la liberté intellectuelle nécessaire à la recherche ?


Ainsi, les témoignages de Meijuan Lu, Lucie Gomes et Kenza El Hadj Said apparaissent comme représentatifs de la diversité des “formes” de doctorat en SHS et permettent d’illustrer des problématiques récurrentes, liées à ce statut, aux liens à entretenir avec son éventuel employeur et son réseau professionnel et les questions épistémologiques et méthodologiques induites par ces différentes formes. 

DISCUSSION

Les témoignages présentés lors de cette seconde table-ronde illustrent bien ce qui était dit dans la première, à savoir la circulation des doctorant.e.s dans des collectifs divers et variés.
Est tout d’abord posée à K. Bonnot la question de la position de la CJC vis-à-vis de la précarité.Kévin Bonnot indique que la CJC participe à la co-écriture et au dialogue à propos des décrets de la LPR. Elle a notamment produit un guide du doctorat à travers son volet communication.L’assemblée note le constat partagé par tous.te.s du manque de postes de MCF pour les jeunes docteur.e.s. Lucie Gomes indique que cela n’est d’ailleurs pas forcément une question de seule “précarité”, selon les situations, mais plus une question de perspectives de carrière. Etant elle-même PRAG dans un INSPÉ, elle évoque que son université n’a pas intérêt à la recruter sur un poste de MCF, à la fois au vu du travail déjà effectué pour un salaire moindre, mais également en lien avec les demandes du MEN d’une augmentation du nombre d’enseignant.e. formateur.ice.s en postes dans les INSPÉ.
Est évoqué lors de la discussion l’aspect circonstancié des postes, notamment en lien avec les politiques ministérielles ou les présidences d’université… Un travail à faire par notre qualité de chercheur.se apparaît nécessaire pour défendre une augmentation des postes de titulaires. Pour le cas des INSPE, est également noté la présente d’un nombre plus important de “pro neurosciences” que de “pro SEF”. Ces luttes disciplinaires peuvent avoir un impact en termes de postes.


QUESTIONS EMERGENTES


À l’issue des deux tables rondes de cette demie-journée, plusieurs questions nous semblent émerger à propos des évolutions et des formes du doctorat.
Il se dessine d’abord une volonté d’homogénéisation du doctorat sur un modèle de thèse courte financée, ouverte sur un réseau scientifique national et international, effectuée en concomitance avec une formation dite transversale et professionnelle. En SHS, bien que ce modèle existe, il reste encore minoritaire. La plupart des formes de doctorat sont bien plus composites et diverses: la majorité des thèses SHS actuelles ne sont pas financées, sont réalisées sur un temps plus long, en complément ou non d’activités professionnelles pour pouvoir vivre et ayant un rapport ou non avec la recherche. Cette situation pose question.
L’injonction à s’insérer dans un réseau de recherche est forte, pourtant, les jeunes chercheur.se.s, et plus particulièrement les jeunes docteur.e.s, se voient isolés de la communauté scientifique en cas d’absence de contrat (ATER, post-doc…). Il apparaît alors un paradoxe: il faut pouvoir s’insérer scientifiquement pour pouvoir poursuivre sa carrière dans la recherche mais les jeunes docteur.e.s sans contrat se trouvent privés d’ancrage institutionnel. 
La question de la précarisation du statut de ces jeunes chercheurs semble presque incontournable lorsqu’il s’agit de l’évolution du doctorat. En SEF (comme dans toutes les SHS), l’alignement sur le modèle issu des sciences de la Nature est encore minoritaire puisqu’il s’y mêle des questions de financement, d’épistémologie et de politique. Comme nous avons pu le voir au cours de ces tables rondes, il semble y avoir en SEF (et en SHS) une volonté de “résister” à l’alignement sur le modèle des sciences de la Nature, qui maintient la co-existence de plusieurs modèles. “Le doctorat” en SEF recouvre ainsi une variété et une diversité de formes, loin de la tentative d’homogénéisation sur un modèle unique, et cette diversité semble trouver sa place à l’échelle européenne et internationale.

Références citées lors de la discussion :

Brigitte Albero et Angela Barthes, « La dimension internationale de la recherche en sciences de l’éducation et de la formation : normes académiques, spécificités et paradoxes », Éducation et socialisation [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/edso/11782 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.11782    

Robert, A.D. & Tavignot, P. (2019)  Les productions doctorales 2012-2015 et le devenir des docteurs « qualifiés », au prisme de la 70e section du CNU. Les dossiers des sciences de l’éducation, 42, 89-120.

Rédigé par le bureau de l’AJCSEF

Qui sont les jeunes chercheur.se.s ?

Retour sur la première journée d’études de l’AJCSEF


L’AJCSEF a été fondée en octobre 2020, des pistes de réflexion et de questionnement pour notre association ont très rapidement émergé au cours de l’Assemblée Générale Fondatrice. Nous avons donc choisi pour cette première journée d’études, une thématique ayant fait débat dès la création de l’association. La journée d’étude Qui sont les jeunes chercheu.r.se.s ? s’est déroulée à distance le 14 décembre. En dépit des conditions imposées par la visioconférence, elle a réuni une trentaine de participant.e.s qui ont pu échanger et assister aux présentations de :      

–  Jean Francès, MCF en sociologie à l’ENSTA Bretagne ; 

–  Maria Tsilioni, chargée de projets scientifiques SHS à l’Agence Nationale de la Recherche ;  

–  Amélie Derobert, MCF en Sciences de l’éducation et de la formation à l’ISPEF (Université Lyon 2).  

En tant qu’organisateur.trice.s de cette première journée d’études, nous étions parti.e.s d’un double objectif. Il était tout d’abord question de s’accorder, sur la base de plusieurs communications, sur ce qu’est un.e jeune chercheu.r.se aujourd’hui. En effet, le terme, omniprésent dans les mondes de l’enseignement supérieur et de la recherche, revêt en fonction des lieux et des situations, des significations différentes sans qu’il soit toujours possible de les définir précisément. Est-il question d’âge, de statut, de diplôme, de temps depuis la soutenance de thèse ? S’agit-il d’un terme bureaucratique, de sens commun, positif ou péjoratif ? Peut-on l’utiliser sans se “brûler les doigts” ? En ce sens, cette première journée d’études avait un but proprement instrumental : nous aider à déterminer ce que nous entendons par “jeunes chercheu.r.se.s” au sein de notre association. Le second objectif était de proposer un premier temps de réflexion collectif aux membres de l’association, d’inaugurer, en actes, la naissance de l’AJCSEF, tout en donnant à voir aux participant.e.s un aperçu à la fois large et introductif des tensions et débats actuels dans l’ESR. À ce titre, le caractère éclectique des différentes présentations a permis de brosser un portrait général des enjeux relatifs au “statut” de jeune chercheur.se.

1) Jean Francès

Dans un premier temps, Jean Francès a présenté ses travaux sur l’évolution de la valeur d’échange du titre de doctorat sur les marchés de l’emploi scientifique. Sa présentation s’organisait au départ de deux questions  : 
– Que signifient les multiples injonctions à l’entreprenariat qui caractérisent la formation doctorale contemporaine ? – Que font-elles aux jeunes chercheu.r.se.s.?
Il est revenu en introduction sur le contexte de “course à l’armement” qui caractérise la compétition des docteur.e.s sur le marché de l’emploi scientifique, course qui se manifeste notamment à travers l’inflation du nombre de publications et d’activités scientifiques diverses devant figurer sur le CV des jeunes docteur.e.s. La baisse du nombre de postes disponibles, couplée, au début des années 2000, à l’augmentation du nombre de candidat.e.s potentiel.le.s, amène à un effet “file d’attente” qui élève de fait le droit d’entrée à un poste académique au-delà des “standards” qui pouvaient avoir cours dans les années 90. Ce constat introductif amène Francès à faire part d’un premier paradoxe : le doctorat, tout en étant le plus haut diplôme du système français n’est plus suffisant pour garantir l’accès aux postes auxquels il est sensé mener. Pour le dire autrement, le lien entre qualité scientifique de la thèse et valeur du doctorat sur les marchés de l’emploi scientifique s’est fortement distendu: il est désormais nécessaire de “compléter” le doctorat pour élever sa valeur d’échange sur les marchés scientifiques.
Dans ce contexte, la montée en visibilité de dispositifs de formation doctorale, centrés sur la promotion des profils dans une logique entrepreneuriale (les Doctoriales,  Ma Thèse en 180 secondes MT180), illustre les différentes manières  de “compléter” un doctorat qui ne se suffit plus à lui-même. Si l’on aurait pu penser que la valorisation continue de “l’entreprenariat de soi” induite par ces dispositifs traduise la volonté institutionnelle de “fabriquer” des entrepreneurs, Francès nous place face à un second paradoxe: le nombre d’entrepreneurs docteur.e.s issus de l’ESR est extrêmement faible (-de 1% des entrepreneurs). En conséquence, la valorisation de l’entrepreunariat dans l’ESR est moins une valorisation de la création d’entreprises en tant que telle qu’une valorisation de dispositions à être entreprenant.e.
Du côté des jeunes chercheur.e.s ces dispositifs aboutissent à ce que Francès et Le Lay nomment le “benchmarking biographique” (Le Lay, Francès & Noûs, 2020), démarche à travers laquelle le projet professionnel du ou de la jeune chercheur.euse devient un projet à valoriser. Ce benchmarking biographique passe par “l’apprentissage à la promesse” (mis en évidence par le dispositif MT180), c’est à dire la mise en conformité du travail scientifique en cours avec les attentes du public et le maquillage parfois par “petits mensonges” de la performativité de son travail visant à donner des garanties sur son intérêt immédiat.
Francès note également que ces dispositifs participent d’une socialisation à l’ambivalence en ce qu’ils placent les doctorant.e.s au centre de la tension entre atteindre l’excellence scientifique des travaux produits au cours du doctorat et la diversification de ces compétences (entrepreneuriales, managériales, communicationnelles) nécessaires à l’intégration rapide sur le marché de l’emploi scientifique. Francès rend compte également de l’importance de la cohérence des choix de professionnalisation des jeunes chercheurs au cours du doctorat avec le secteur professionnel dans lequel ils souhaitent s’inscrire. En effet, le choix de faire sa thèse dans le cadre d’un CIFRE n’aura pas la même valeur marchande dans le cadre d’un recrutement dans le secteur industriel ou dans le secteur scientifique. De même, une thèse complétée par des publications dans des revues à comité de lecture sera absolument nécessaire pour un recrutement dans le secteur académique, mais pourrait ne pas être un avantage dans le secteur industriel. Les jeunes chercheur.euse.s doivent donc aujourd’hui, selon Francès, concevoir un projet professionnel très tôt afin de “faire série” et d’éviter les “fausses notes” dans le choix des activités complémentaires à la réalisation de leur travail de thèse afin d’avoir un profil conforme aux attentes du secteur dans lequel ils et elles souhaitent s’intégrer.
———-Pour cette première communication, le ou la jeune chercheur.euse est plutôt saisi comme un.e doctorant.e devant faire face à l’élévation des droits d’entrée dans la profession scientifique: un individu qui doit finalement anticiper et investir rationnellement dans une série de compléments lui permettant de pouvoir prétendre à l’obtention d’un poste.  ————

2) Maria Tsilioni

Dans un deuxième temps, Maria Tsilioni est revenue dans le détail sur le fonctionnement de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et en particulier sur celui de l’Appel à Projets Générique (AAPG). Elle a en particulier mis l’accent sur le fonctionnement de l’axe “Cognition, Education, Formation”.
Rappel : L’Agence Nationale de la Recherche est une agence qui finance des projets de recherche. Sous tutelle du Ministère de l’éducation nationale de la recherche, l’ANR n’a pas de fonds propres.
Son intervention intitulée Jeune chercheu.euse dans le cadre de l’instrument JCJC (Jeune Chercheur, Jeune Chercheuse) de l’axe 4.3 « Cognition, éducation, formation » de l’AAPG à ANR confirme une de nos  hypothèses : l’acception de « jeunes chercheur.euse.s » n’est pas la même selon les différentes instances de la recherche en France et en Europe. Pour l’ANR, le statut de jeunes chercheur.euse.s définit l’ensemble de chercheur.euse.s pouvant déposer un projet dans le cadre de l’instrument JCJC, soit des chercheu.euse.s nouvellement recruté.e.s et jusqu’à 10 ans après la soutenance de thèse. Le critère de définition d’un.e jeune chercheur.euse pour l’ANR est donc l’année de soutenance de la thèse. L’ANR juge que cette temporalité (10 ans) permet aux jeunes chercheurs.euses d’avoir un poste de titulaire, de s’inscrire dans une recherche, de développer une capacité de management pour gérer une équipe de chercheur.euse.s et une maturité pour déposer un projet de recherche solide.A cela s’ajoutent des conditions dérogatoires, comme les congés maternité, parentale, etc. Les femmes peuvent avoir une année supplémentaire pour chaque enfant.Maria Tsilioni nous présente ensuite les dernières évolutions sociologiques des candidatures JCJC à l’AAPG (géographie, genre, année de soutenance), ainsi que le pourcentage de projets financés.Pour l’année 2020, la plupart (13/58) des déposant.e.s d’un projet JCJC ont soutenu leur thèse en 2011.

L’axe 4.3 « Cognition, éducation, formation » a changé de nom plusieurs fois depuis 2014. Entre 2014 et 2017, le terme « éducation » apparait en premier, il va occuper la deuxième place à partir de 2018, laissant sa place au terme « cognition ». Egalement, à partir de 2020, il ne s’agit plus de formation tout au long de la vie, mais simplement de formation. L’intitulé de l’axe et le texte de l’appel à projet est décidé à huit clos par les chercheur.euse.s qui participent au comité de sélection.Tsilioni note que le changement du nom de l’axe n’a pas d’impact sur les disciplines plus représentées au sein de cet axe depuis 2014 : la plupart des projets déposés sont en Sciences Cognitives. La deuxième discipline représentée sont les Sciences de l’éducation, excepté pour l’année de 2014 (où la Sociologie figure comme deuxième discipline), la troisième position est soit la sociologie, soit l’économie, selon l’année.Entre 2014 et 2020, la plupart des projets ont été déposés par des jeunes chercheurs.euse.s des trois régions suivantes : Ile-de-France, Auvergne-Rhône Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Pour l’année 2020, l’Ile-de-France est à nouveau la région la plus représentée (16), suivie de l’Auvergne-Rhône Alpes (11) et des Hauts-de-France (10).En ce qui concerne le genre de déposant.e.s, pour la période de 2014-2020, Tsilioni note une augmentation continue du nombre de femmes depuis 2015. Depuis 2017 les déposantes sont majoritaires. Pour l’année 2020, 37 femmes et 21 hommes ont déposé des projets pour l’instrument JCJC. Parmi les projets financés en 2020, 7 ont été déposés par des femmes et 4 par des hommes.Concernant l’évolution du nombre de projets déposés et financés entre 2014 et 2020, les années 2017 et 2020 ont compté le plus de dépôt, respectivement 57 et 58, dont 9 et 11 financés. En 2015 à l’inverse, il n’y a eu que 11 projets déposés, dont 3 financés. Le budget accordé pour les projets JCJC oscille entre 110k€ et 451k€, avec une moyenne de 272k€.L’Appel à projet générique (AAPG) de l’ANR est annuel. Le dépôt de projet se fait en deux étapes : au cours de la première le candidat dépose un pré-projet de quatre pages, celui-ci est évalué en interne par le comité (composé de chercheur.euse.s affecté.e.s à des établissements français et étranger). Si le pré-projet est validé, il passe à la deuxième étape. Le porteur du projet est alors invité à déposer une proposition de vingt pages qui sera évalué par des experts externes à l’ANR. La qualité scientifique des projets est le critère d’évaluation le plus important, suivi de la faisabilité/organisation et réalisation du projet.Enfin, l’ANR n’a pas eu d’information concernant les changements proposés par la loi de programmation de la recherche (LPR).

3) Amélie Derobert

Au cours de la dernière intervention, Amélie Derobert a pu présenter son expérience de jeune chercheuse récemment recrutée sur un poste de maitresse de conférence à l’université Lyon 2. Sa présentation a pris la forme d’un témoignage “de l’intérieur”, dans une approche pragmatique du travail de jeunes chercheur.euse.s, avant et après le recrutement sur un poste de titulaire. Elle a mis en avant les étapes jalonnant son parcours, les réseaux d’acteur.trice.s dans lesquels elle s’est inscrite et a évolué, les ressources qu’elle a été amenée à mobiliser ainsi que les contraintes et les empêchements qu’elle a pu rencontrer au cours de ses différentes expériences de recherche. Nous retenons de son intervention une nécessité pour les jeunes chercheur.euse.s de faire preuve une grande adaptabilité à des situations de travail diverses. Les jeunes chercheur.euse.s, en post-doctorat, sur des postes d’ingénieur, mais aussi parfois dès le doctorat, doivent en effet s’intégrer à des réseaux d’acteur.trice.s ayant des socialisations professionnelles très différentes. Que ce soit dans un groupe de travail mettant en relation différents secteurs professionnels (la recherche et les agents du ministère de la justice pour le cas d’Amélie Derobert) ou différents groupes de recherche internationaux, le travail de jeune chercheur.euse nécessite une compréhension et une adaptabilité à cette diversité, sans que ne soit proposé de formation préalable sur ces enjeux et dispositions professionnelles. Pour Amélie Derobert, le statut – internationalement mouvant – de jeunes chercheur.euse.s est un atout car les politiques européennes de financement valorisent leur intégration dans les groupes de recherche (de même que la parité homme-femme). Cependant, elle soulève immédiatement le danger de surcharge lié notamment à la “course à l’armement” mentionné par Francès dans son intervention. En effet, les projets ANR/ERC sont des sources potentielles de souffrance professionnelle pour les jeunes chercheur.euse.s car notamment lors du montage de projet (période de recrutement d’un post-doctorant souvent), les tâches à remplir sont majoritairement d’ordre bureaucratique, managériale, financière et peu scientifique. S’inscrire dans ce type de projet suppose ainsi une mise à distance dans le temps du travail de terrain, les projets s’étendant en général sur plusieurs années. Pour se préserver face à ces contraintes fortes d’une recherche par projet, Amélie Derobert se réserve de l’autonomie dans ses activités et maintien un engagement dans des groupes de recherche locaux, de moins grande ampleur, permettant un travail de recherche “artisanal” plus en accord avec sa conception de la recherche. Elle pose ainsi la question du sens du métier, et de l’importance d’adopter des stratégies professionnelles pour se préserver, afin de répondre aux exigences (morales, d’endurance professionnelle) de ces projets internationaux. 

—> Qu’est-ce que ça nous dit sur ce qu’est un.e Jeune Chercheur.se ? 

Les trois présentations ont pu interroger chacune à leur manière ce qu’est un.e jeune chercheur.se.
En revenant sur les mutations de la formation doctorale et du marché de l’emploi universitaire, Jean Francès a exposé dans une perspective critique les grandes lignes de recompositions systémiques de l’emploi des jeunes chercheu.r.ses dans l’ESR. On peut retirer de sa présentation un portrait du ou de la jeune chercheur.euse en entrepreneur.euse de lui-même et d’elle-même, un.e jeune chercheur.se saisi.e par les suppléments à adjoindre à sa thèse pour être recrutable. 
En tant que chargée de projet pour le compte de l’ANR, Maria Tsilioni a présenté les jeunes chercheur.e.s dans une perspective administrative. En définissant les jeunes chercheur.e.s au prisme d’un instrument de financement, sa présentation permet de donner à voir ce qu’est un.e jeune chercheur.e pour les institutions de financement public. Elle permet également de questionner l’arbitraire des catégories ainsi présentées. Il y a fort à parier que le nombre d’années post-thèse définissant ce qu’est un.e jeune chercheu.r.se soit fortement corrélé, d’un pays à l’autre, aux modalités de recrutement des docteurs fraichement diplômés. Dans le contexte français, la définition d’un.e jeune chercheur.e comme une personne ayant soutenu sa thèse depuis moins de 10 ans ne peut être lue en dehors d’un marché de l’emploi universitaire essoufflé.
Amélie Derobert nous a présenté une vision pragmatique des jeunes chercheu.euse.s a partir de son expérience de dans le cadre de projets de ce type (ANR/ERC…) et en prenant le temps de revenir sur l’écart existant entre ce qu’elle imaginait faire et le travail réel qu’elle devait accomplir dans le cadre de ces projets. Elle a présenté les stratégies professionnelles apprises “sur le tas”, pour tenir dans ces projets et se préserver face à la souffrance professionnelle que peuvent générer ces engagements (surcharge, perte de sens du métier), notamment au regard du nombre extrêment faible de projet retenu par l’ANR, mais aussi par les autres agences de financement de la recherche. 

Bibliographie sélective : 
Chambard, O. (2020). Business Model : l’université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreunariale. Paris: La Découverte.
Doganova, L. (2012). Valoriser la science, les partenariats des startups technologiques. Paris: Presses des Mines.    Frances J., Le Lay S., (2017). L’usage des business game dans le cursus doctoral : “Esprit d’entreprendre” et “esprit d’entreprise” dans la formation à la recherche, Formation Emploi, n° 140, p. 67-86.
Frances J., Gaglio G., Saint-Martin A., (2017). À l’école des winners : de l’innovation pédagogique en formation doctorale,  in Sainsaulieu I., Saint-Martin A., (eds.), Les formes contemporaines de l’innovation scientifique et technique, Vulaines-sur-Seine: Éditions du Croquant, p. 131-146.
Le Lay S., Pizzinat B., Frances J. (2017). “Candidats du MT180®. Soyez fun et sexy”. Un dispositif spectaculaire au servive de la gamification du champ académique, in Savignac E., Andonova Y., Lénel P., Monjaret A., Seurat A., (eds.), Le travail de la gamification, Bruxelles, Peter Lang, p. 73-91.
Frances J., (2017). “Employabilité” doctorale et lutte des places dans le monde académique, in Tiffon G., Moatty F., Glaymann G., Durand J-.P.,  (eds.), Le piège de l’employabilité. Critique d’une notion au regard de ses usages sociaux, p. 81-92.
Frances J., Tricoire A., (2016). Rénover plus vert : les obstacles à la “montée en compétences” des artisans du bâtiment, Formation Emploi, n°135, p. 93-114.
Frances J., (2015). Des doctorants en “démo”. Ethnographie de deux sessions posters des Doctoriales, Réseaux, n° 190-191, p. 45-71.
Paye, S. (2015). Temporaires, permanents, « vedettes » : la tripartition du salariat académique au Royaume-Uni. Sociologie du Travail57 (2),175-199.
Paye, S. (2008) « Le devenir professionnel des docteurs de l’EHESS», rapport final, EHESS.

Article rédigé par le bureau de l’AJCSEF